Télétravail au Maroc : ce que vous devez savoir


Le télétravail est l’une des méthodes de travail les plus utilisées pour les salariés, car il permet en grande partie de pouvoir éviter des environnements de stress et de réduire les charges. Ce mode de fonctionnement a été plus accentué surtout ces derniers mois à cause de la crise sanitaire qui sévit sur tous les continents. Entre confort et recherche de plus de performance, le télétravail doit cependant être encadré par la loi. Ainsi, le Maroc a pris des mesures pour permettre aux salariés de continuer à être efficaces sur le plan professionnel, même en travaillant depuis chez eux.

Mais, au-delà de l’aspect juridique, le télétravail demande plus de discipline et de sens de responsabilité de la part des salariés et responsables d’entreprises qui s’y adonnent. Aussi, est-il important de connaitre comment fonctionne le télétravail au Maroc et quelles sont les mesures légales qui ont été mises en place pour rendre de mode de travail plus accessible.

Le télétravail pour quel poste au Maroc ?

Même si ce mode de travail convient à plusieurs types d’activités, certaines entreprises ne peuvent pas se permettre de laisser leurs salariés travailler depuis chez eux. C’est le cas par exemple des postes qui sont en relation avec la clientèle tels que les commerçants des boutiques, les caissiers dans les supermarchés ou encore les restaurateurs et coursiers. Le secteur des industries est aussi un domaine où les salariés ne peuvent pas exercer depuis chez eux puisque toutes les machines de productions sont à un endroit précis.

Le secteur du transport aussi n’est pas éligible au télétravail puisque les transporteurs de personnes et de marchandises sont dans l’obligation de se déplacer pour acheminer leurs produits ou faciliter le déplacement des populations. Le domaine du journalisme est aussi un domaine plus ou moins difficile à mettre en télétravail, à moins qu’on ait affaire à des journalistes de la presse écrite. Et, qui dit presse écrite, parle d’imprimerie qui est aussi une activité qui nécessite de gros matériels pour des productions de masses.

Lire aussi :   Institut Français Maroc : emploi et recrutement

On l’a aussi bien remarqué durant la crise sanitaire récente, le secteur hospitalier ne peut absolument pas être soumis au télétravail. Entendez par secteur hospitalier toutes les personnes exerçant dans le domaine à savoir les médecins, les infirmiers, les chirurgiens, les pharmaciens et tous ceux qui ont besoin d’avoir un contact pour apporter des soins. Il faut également mentionner les agents de propretés des rues qui, eux non plus, ne peuvent définitivement pas exercer en télétravail et sont dans l’obligation d’être sur le terrain, peu importe la situation sanitaire qui prévaut.

Que dit la loi marocaine sur le télétravail ?

Selon la loi marocaine, toute décision de l’employeur de laisser le salarié travailler à domicile doit être justifiée par un ordre de mission. Le salarié doit comprendre les raisons pour lesquelles l’entreprise lui exige de travailler depuis chez lui et non dans son cadre professionnel habituel. De même, si les activités du salarié nécessitent du matériel particulier tel qu’un ordinateur ou une ligne téléphonique, l’employeur est dans l’obligation de fournir à ce salarié tout ce dont il aura besoin pour exercer convenablement ses fonctions. Il faut préciser à ce niveau que les salariés ont de leurs côtés le devoir de signer une décharge concernant tout le matériel qu’ils auront reçu pour l’exercice de leurs fonctions.

La prise de décision du télétravail doit également faire l’objet de rencontres avec les représentants syndicaux ainsi que les représentants du personnel. Ces derniers doivent donner leur accord avant même que le projet de télétravail ne soit exécuté. Dans le cas où l’employeur n’obtient pas d’accord de leur part, il est dans l’obligation de ne pas procéder au télétravail. En cas d’imposition de télétravail non justifié par l’employeur, le salarié a le droit de faire recours à l’inspection du travail. Il faut également préciser que le code du travail ne prévoit pas un refus d’accepter un poste de télétravail comme motif de licenciement.

Lire aussi :   Ministère de l'Intérieur : liste des concours de recrutement

Selon la loi, une personne en télétravail bénéficie de tous ses droits en tant que salarié et a donc accès à la couverture sociale ainsi qu’aux formations programmées par l’entreprise. De même, il reste un membre à part entière de toutes les réunions syndicales qui vont être organisées et a le droit de voter en cas de besoin. Il est soumis aux mêmes horaires de travail tels que décrits par son contrat et garde tous ses avantages en termes de congés et de salaires.

Enfin, l’employeur a de son côté l’obligation d’organiser des séances chaque année pour évaluer la charge du travail du personnel en télétravail, ainsi que les conditions de travail auquel ces personnes sont soumises.

Les bienfaits du télétravail

Le premier avantage pour employeur d’avoir une partie ou la totalité de son équipe en télétravail est la réduction de frais. En effet, un employeur qui a plusieurs équipes sur place doit assurer leur sécurité, payer un local, une connexion internet avec un haut débit. Il faut aussi compter les frais de transport (si l’entreprise fournit un transport commun) et les frais d’entretiens au quotidien (repas, latrines, nettoyage, etc.). Tous ces frais sont considérablement réduits ou disparaisse totalement s’il n’y a plus lieu de prendre soin de personnes physiques sur place.

Un autre avantage du télétravail est qu’il aide les salariés à gagner en motivation, car ils peuvent rester dans leur environnement de maison pour démarrer leur travail. Plus besoin d’être stressé à l’arrivée au bureau en voyant la tête du chef d’équipe. Mieux encore, puisque le travail se passe à la maison, le salarié n’a plus besoin de se déplacer, ce qui veut dire qu’il gagne en temps et peut éviter les retards. Tout ceci favorise une plus grande rentabilité et aide à être plus productifs.

Lire aussi :   CFG Bank : emploi et recrutement

Dans certaines activités encore, le salarié a même l’occasion de déterminer par lui-même son heure de démarrage de son activité. Il a donc plus de flexibilité pour gérer en même temps son travail et ses autres obligations personnelles et familiales. En organisant ainsi son propre emploi du temps, le salarié gagne en responsabilité et cela est un excellent moyen de l’encourager à être efficace dans les missions qui lui sont confiées.

Toutefois, il faut veiller à ne pas tomber dans le piège de la négligence, car plusieurs salariés, ayant gardé le gout du travail en entreprise, n’arrivent pas à faire violence sur eux pour garder une cadence de travail conséquente à la maison. Les distractions de la maison et le fait d’avoir accès à tout (loisir et lit) peuvent être un piège et peuvent réduire la productivité. De même certaines activités nécessitent un suivi de l’employeur, ce qui n’est pas toujours évident lorsqu’on est en mode virtuel.

Ainsi, il est important pour l’employeur de veiller à ce que les équipes continuent à communiquer en temps réel via internet ou via téléphone afin de garder une bonne cohésion.

Articles similaires