La retraite complémentaire au Maroc : ce qu’il faut savoir


Comment arriver à maintenir un niveau de vie décent une fois que l’on a pris sa retraite ? Voici une question que plusieurs personnes proches de l’âge fatidique se posent, et à laquelle les assureurs et les organismes sociaux tentent de répondre. En effet, si l’on n’a pas la capacité de se lancer dans le domaine de l’entrepreneuriat, il est préférable de souscrire à une retraite complémentaire.

Certaines entreprises souscrivent pour leurs salariés à une retraite complémentaire auprès des caisses telles que la Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR). Encore faut-il que les salariés donnent leur accord, car cela a forcément un impact sur le taux de cotisation qui est à débourser.

Les avantages à souscrire à une retraite complémentaire

Le premier point à relever est le fait que la retraite complémentaire permet au retraité de toucher une sorte de 2ème pension une fois à la retraite. C’est un montant qui n’équivaut pas à la somme de la pension, mais qui permet de compléter les budgets afin d’affiner les revenus. Une souscription à la CIMR par exemple, permet de compléter la pension que pourra percevoir le retraité de la part de la CNSS dont le plafond est en fonction du salaire préalablement perçu.

Lire aussi :   Prise en charge et remboursement CNSS

La retraite complémentaire est donc une solution à la vie décente que recherchent certains cadres qui se voient retirer leurs salaires du jour au lendemain. Une fois que le salarié aura atteint l’âge légal de la retraite qui est de 60 ans, il pourra à la fois bénéficier de sa pension légale, mais aussi de sa retraite complémentaire. En plus de la pension complémentaire, le salarié peut percevoir une pension d’invalidité ou une pension de décès. Dans le dernier cas, les ayants droit du défunt retraité pourront réclamer la pension.

Il faut noter que dans le cas de la CIMR comme pour la plupart des caisses de prévoyance, la pension d’invalidité ou la pension décès se calculent sur base d’un système de points accumulés par l’affilié durant ses années d’exercice. La pension de décès quant à elle est allouée à 50% au profit des conjoints et 50 % au profit des orphelins. Et dans le cas du décès d’un ayant droit, sa part va être reversée aux autres ayants droits encore bénéficiaires.

La retraite complémentaire permet également de réduire l’effet de l’inflation sur la pension et donc de faciliter la vie des retraités au quotidien.

Inconvénient de la souscription pour une retraite complémentaire

Le seul inconvénient à relever quand on parle de retraite complémentaire est le fait que le salarié est dans l’obligation de payer des cotisations mensuelles supplémentaires ou des versements exceptionnels en plus des cotisations légales déjà prévues. En cas de salaire insuffisant, les différentes cotisations de prévoyances peuvent être lourdes à porter au quotidien, surtout si le salaire ne permet pas de vivre décemment. Toujours est-il que les caisses de prévoyance étudient les dossiers des demandeurs et proposent des cotisations adaptées aux revenus des salariés.

Lire aussi :   Le système de retraite au Maroc : comment en profiter ?

Bon à savoir

Les trois régimes complémentaires de couverture retraite au Maroc sont la CIMR qui intervient pour les salariés du secteur privé, le régime ATTAKMILI qui profite aux affiliés des régimes CMR-RPC et CMR-RPM et le régime complémentaire du RCAR (RCAR-RC) qui s’occupe de tous les affiliés du RCAR-RG.

Découvrez également tout ce que vous devez savoir sur la retraite anticipée.

Articles similaires