Ouvrir une boulangerie au Maroc : guide et conseils


Le secteur des boulangeries au Maroc est un marché concurrentiel, mais toujours aussi alléchant et rentable pour les investisseurs qui ose s’y adonner. De nos jours, pour être sûr de pérenniser son activité dans le domaine de la boulangerie, il faut avoir non seulement le financement adéquat, mais aussi le personnel approprié. Voyons ensemble les éléments à prendre en compte pour installer une boulangerie au Maroc et les moyens de rentabiliser rapidement l’investissement.

Se préparer à une concurrence rude et à une forte demande

Le secteur des boulangeries a été inondé ces dernières années par la venue de nombreuses grandes marques françaises qui se sont installées et positionnées. Ces marques ont réussi à ravir le cœur des clients avec de nouvelles pâtisseries, viennoiseries, des pains spéciaux ainsi que des pâtisseries luxueuses. Ainsi, le palais des clients n’est plus uniquement tourné vers le pain standard, mais plutôt vers de nombreux autres modèles de pâtisseries. De même, on a assisté aussi à un changement dans les habitudes de consommation de la population. Fini le temps où seules les personnes de la haute classe se fournissaient en pâtisserie.

Aujourd’hui, toutes les couches des différentes classes sociales moyennes en demandent et doivent être d’une manière ou d’une autre satisfaites. Face à la rude concurrence, il faut savoir se démarquer, et se positionner pour avoir de la clientèle. Ainsi, pour être sûr de se positionner, il faut bien connaitre les besoins des clients à qui on s’adresse et maitriser toute la chaine de production des produits qui seront en vente dans la boulangerie. De même, pour éviter les pertes et mieux économiser, il est important de savoir comment choisir les matières premières. Pour tout dire, pour ouvrir une nouvelle boulangerie au Maroc, il faut être prêt à faire face à une rude concurrence et avoir un programme détaillé pour démarquer son offre de ce que font les concurrents.

Règlementation des boulangeries au Maroc

Les autorités marocaines n’ont établi aucune règle ni aucun cahier de charges à respecter pour l’installation d’une boulangerie au Maroc. De même, la profession en elle-même n’est régie par aucune loi. Toutefois, il existe des normes élémentaires de sécurité et d’hygiène qui doivent être respectées par tous les propriétaires d’établissements dans le secteur de la restauration. Ce sont ces normes qu’il convient de respecter ses normes.

Local et aménagement

Pour un bon aménagement, la future boulangerie devra être dans un local d’environ 200 mètres carrés. Ainsi, il sera possible d’aménager un espace pour les cuisines, l’installation des machines et four, ainsi qu’un espace pour l’exposition des pains et viennoiseries pour la vente. Toutefois, avant l’aménagement, il faut penser à la clientèle qu’on prévoit accueillir pour adapter l’aménagement en fonction. En d’autres mots, la décoration du local devra être adaptée à la qualité recherchée par la clientèle ou tout simplement au quartier.

Par exemple, une boulangerie qui se situe dans un quartier résidentiel devrait avoir un aménagement soigné, des finitions élégantes ainsi qu’une décoration de luxe afin d’attirer la clientèle. En revanche, une boulangerie située dans un quartier populaire se contenterait de l’essentiel en termes de décoration d’intérieur (vitrine d’exposition, frigo, quelques éléments décoratifs et rien d’autre).

Il faut aussi prendre en compte le nombre de passages par jour dans la zone ou le local sera situé. Il est recommandé d’avoir en moyenne 300 passages par jour afin d’être sûr d’avoir de l’affluence dans la boulangerie. Il faut également que ce local ait pignon sur rue, c’est-à-dire que sa façade principale est visible depuis la rue passante. Ainsi, la boulangerie n’aura pas trop de mal à être repérée par les passants.

Gestion de coût lors de l’installation

Une bonne manière de mieux gérer les couts est de prendre le local de la future boulangerie en location dans un premier temps. Une location reviendrait moins chère qu’un achat en premier lieu. De même, s’il est possible de reprendre un local qui avait déjà été équipé par une ancienne pâtisserie, cela permettrait de réduire au maximum le cout de l’aménagement. Toujours est-il qu’il faut prévoir environ 600 000 dhs pour l’équipement d’un local mesurant en moyenne 200 mètres carrés.

L’aménagement du local doit être séparé en espace cuisine, espace stockage de matières premières (espaces froids pour le beurre et les produits laitiers et espaces ambiants pour la farine, le sucre, l’huile, etc.). De même, il faut prévoir l’installation pour assurer les différentes températures ainsi que l’espace pour exposer les vitrines. En ce qui concerne la partie comptoir et vitrine, il est recommandé de prévoir pas moins de 20mètre carré sinon plus pour avoir plus d’espace pour accueillir la clientèle. Il faut également prévoir des gaines d’aération afin que la fumée dégagée lors des cuissons ne vienne pas embaumer les vêtements de vos clients.

Matériel à prévoir

En matière d’équipement, une belle enveloppe de 1 million de dirhams serait suffisante pour avoir tout ce qu’il faut pour le démarrage. Il faut penser en premier à un pétrin qui servira à faire le mélange de grandes quantités de pates à pain et d’une diviseuse de pâtes en parts égales. Ces deux appareils coutent respectivement 90 000 dhs et 50 000 dhs. La façonneuse aussi est une machine importante qui vous aidera à former rapidement vos pains. Cette machine coute environ 50 000 dhs. Selon que vous optiez pour un four à sole ou un four rotatif, il faut prévoir environ entre 200 000 dhs et 300 000dhs. Nous précisons tout de même que le four à sol prend plus de place que le rotatif.

Plus encore, pour avoir une bonne température de l’eau qui sera utilisée pour la fabrication du pain, il faudra un refroidisseur qui coute 20 000 dhs. En ce qui concerne le volet viennoiserie, il faut rajouter un laminoir pour la pâte feuilletée au prix de 50 000 dhs et un congélateur de stockage qui coute environ 20 000 dhs.

Pour la pâtisserie, il faut prévoir au moins deux tables tours qui coutent 50 000 dhs (pour les deux), un batteur mélangeur de 25 000 dhs et un four adapté aux pâtisseries spéciales qui coute 80 000 dhs. Et, pour les ustensiles à utiliser au quotidien (plaques de cuisson, moules, abatteurs, table de travail, climatiseur, fouet), il faut prévoir un total de 200 000 dhs. Enfin, pour la bonne gestion comptable de la boulangerie, il est recommandé de préparer un montant d’environ 50 000 dhs pour le logiciel de comptabilité, les machines de caisse, les ordinateurs, les caméras de surveillances, etc.

En ce qui concerne le fonds de roulement pour les 3 premiers mois, il faudra avoir en solde de 400 000 dhs pour assurer un bon démarrage. Avec toutes ces dépenses liées à l’équipement, mieux vaut opter pour du matériel d’occasion dans la mesure du possible afin de réduire au maximum les charges.

Charges salariales et frais de fonctionnement

Une fois que local est bien équipé, c’est le moment de recruter les ressources humaines qualifiées pour tout le cycle de production ainsi que pour la gestion de la vente au quotidien. Les experts du domaine sont d’accord sur le fait que les ressources qualifiées se font rares sur le territoire marocain. Ainsi, il faut prévoir une bonne rémunération pour arriver à débaucher un chef boulanger, un chef pâtissier ainsi que des aides. Il est recommandé d’avoir en moyenne 20 employés y compris une femme de ménage et deux vendeurs pour un local d’environ 200 mètres carrés.

Toutefois, si vous avez un local plus petit ou si ce local n’est pas situé dans un milieu avec une grande affluence, vous pouvez vous permettre d’avoir moins de personnes comme aide en pâtisserie ou en boulangerie. Il faut prévoir également les frais de location mensuelle qui varient selon le quartier où se situe le local. La consommation en gaz ou diesel ainsi que la consommation en électricité sont à rajouter dans le budget des premiers mois. Pour un local de 200 mètres carrés, une enveloppe de 240 000 dhs devra être prévue pour l’électricité et environ 60 000 dhs pour les carburants.

En ce qui concerne les matières premières, les experts du domaine recommandent environ 2500 dhs par jour pour l’achat de chocolat, beurre, farine, sucre, crème fraiche et autres ingrédients utiles. Et, on ne peut pas omettre les emballages, et l’habillage des membres de l’équipe, surtout ceux qui sont en contact avec la clientèle. Tout ceci peut être facturé à 6000 dhs par mois environ. Vient ensuite l’amortissement du matériel, ce qui veut dire qu’il faut mettre de côté un montant mensuel pour pouvoir être prêt à chaque renouvellement de matériel amorti.

Conseil de rentabilisation

Tous ces éléments qui entrent dans le budget lors de l’ouverture d’une boulangerie peuvent paraitre colossaux, mais, si la boulangerie est située au bon endroit, l’investissement peut très vite être rentabilisé. On peut très vite se retrouver avec un bénéfice de 10 000 par jour. Et, en période de fête telle que le Ramadan et les fêtes de fin d’année, cette production peut doubler ou même tripler. Il est aussi recommandé de diversifier les productions afin de toucher le maximum de client. Plus encore, la boulangerie peut faire un partenariat avec d’autres établissements tels que des restaurants ou des hôtels pour écouler rapidement une grande partie de sa production.