L’immatriculation foncière au Maroc : tout ce qu’il faut savoir


L’immatriculation foncière permet de protéger toutes vos propriétés en cas d’éviction par une tierce personne ou en cas d’une revendication quelconque. Avec un titre foncier, chaque propriétaire peut être certain d’acquérir son terrain de manière définitive, sans que personne ne puisse l’attaquer ni le revendiquer par la suite. La propriété appartient donc définitivement à la personne qui détient l’immatriculation foncière. Cette immatriculation s’inspire d’un système qui permet de garantir la propriété immobilière avec toutes les reconnaissances en ce qui concerne la sécurité foncière. Il existe différents avantages adossés à l’immatriculation ainsi que plusieurs étapes à respecter pour obtenir définitivement une immatriculation. Cet article vous fait le point.

Avantages d’avoir une immatriculation foncière

Avoir une immatriculation foncière est avant tout un gage si vous voulez accéder à des crédits bancaires. Vous pouvez alors utiliser votre bien immatriculé comme garanti lors de la demande de crédits auprès des établissements bancaires. L’immatriculation foncière peut aussi être utilisée comme garantie lors des transactions sur le marché immobilier ou dans le monde des affaires. Cette immatriculation permet de se rendre plus crédible aux yeux des investisseurs lors des demandes de fonds pour la construction ou pour la réalisation d’autres projets.

Un autre avantage à avoir une immatriculation foncière est tout simplement de pouvoir sécuriser son bien en délimitant les limites topographiques de la propriété ainsi que sa consistance et son emplacement géographique. Avec des techniques modernes, les coordonnées du terrain sont déterminées et reportées sur le plan cadastral. Ainsi, en cas de litiges, le propriétaire peut faire valoir son immatriculation pour indiquer les bornes du terrain qui lui revient. Il faut aussi rappeler qu’une immatriculation augmente la valeur d’un bien, car l’immatriculation apporte une plus-value additionnelle au patrimoine foncier.

En cas de vente de la propriété ou de cession en héritage, l’immatriculation foncière aide à obtenir une juste valeur du patrimoine, ce qui permet de prendre des décisions financières plus assurées. Il faut aussi rappeler que c’est uniquement l’immatriculation foncière qui permet à un propriétaire d’être reconnu légalement et officiellement. Ce dernier peut donc fixer la valeur de son patrimoine selon les mesures qui seront inscrites dans le dossier d’immatriculation.

Différentes personnes habilitées à demander une immatriculation foncière

Différents types de personnes sont habilités à faire une demande d’immatriculation pour obtenir un titre foncier. Les premières personnes habilitées sont les propriétaires, que ce soit des propriétaires de terrain, de maison, d’immeuble ou de ferme. Les copropriétaires et les détenteurs de droits réels sont aussi éligibles pour demander une immatriculation foncière. Enfin, les bénéficiaires de servitudes peuvent également faire une demande d’immatriculation foncière. Toutefois, ces derniers doivent au préalable avoir un consentement du propriétaire avant de faire leur demande.

Les différentes étapes pour obtenir une immatriculation foncière

Étape du dépôt : la première étape de la demande d’immatriculation est le dépôt du dossier d’enrôlement qui fait office de demande pour la réquisition d’une immatriculation foncière. À cet effet, il suffit de remplir le formulaire de demande et de le déposer auprès de la Conservation Foncière. Le requérant devra également y joindre toutes les pièces justificatives ainsi que son acte de propriété.

Une fois que la demande est déposée, la demande va être analysée par les services concernés. À la fin de l’analyse, une convocation va être donnée au requérant de l’immatriculation afin que ce dernier vienne assister aux différentes opérations de bornages. Les droits de la conservation foncière doivent être payés par le requérant afin que le dossier d’enrôlement de la réquisition soit définitivement enregistré.

Étape de publicité : une fois l’enrôlement terminé, l’extrait de la réquisition d’immatriculation doit apparaitre au Bulletin Officiel. Une autre publicité doit être faite au niveau du siège de l’autorité locale, du conseil communal, du tribunal de 1ère instance. Il faut faire apparaitre aussi l’extrait de la réquisition. Nous rappelons que cet extrait de la réquisition doit contenir la date du bornage afin que les publicités soient valides. La publicité a pour but d’apporter de la transparence dans tout le processus et d’informer le public qu’une immatriculation pour une propriété donnée a été demandée par un individu qui prétend en être le propriétaire. Ainsi, les éventuels titulaires de droits pourront se manifester en cas de réclamation.

Étape du bornage et l’établissement du plan topographique : toutes les activités de bornage seront réalisées en présence du requérant ou de son représentant et un procès-verbal sera rédigé à la fin des opérations. L’étape de bornage permet également de faire une enquête juridique réalisée par le Géomètre-Topographe qui va récolter toutes les informations de la part des riverains, et des bénéficiaires de servitudes pour enregistrer les revendications en cas de besoin ou les déclarations qui confirment la propriété du requérant. À la fin du bornage, on a toutes les infos sur l’emplacement, la consistance, la superficie, les servitudes et les charges foncières. Le géomètre peut également établir un croquis de bornage provisoire en plus du procès-verbal. Un acte topographique, appelé « levé régulier » sera aussi établi par le géomètre pour avoir le plan cadastral réglementaire en définissant la superficie exacte. Une fois le bornage terminé, les autorités pourront établir le plan foncier.

Étape de clôture du bornage : l’avis de clôture du bornage va aussi être publié dans le Bulletin Officiel ainsi qu’au siège de l’autorité locale et du tribunal de 1ère instance. Une fois la publication de clôture effectuée, toute opposition devra intervenir dans un délai de deux mois à partir de la date de publication.

Étape de la décision du conservateur : c’est la dernière étape qui consiste à établir l’immatriculation foncière. En cas d’opposition de l’immatriculation, le dossier est envoyé au tribunal pour jugement, ce qui peut résulter en une annulation ou un rejet de l’immatriculation. S’il n’y a pas d’opposition ou se les oppositions ont été réglées en faveur du requérant, le conservateur va établir un titre foncier portant le nom du propriétaire et va procéder à l’immatriculation.

Actualisation du titre foncier

Il est important de faire une réévaluation du titre foncier quand on vient à construire sur un terrain qui était auparavant nu lors de la 1ère immatriculation foncière. Ainsi, en cas de nouvelle situation de valorisation du terrain, il est important de faire une nouvelle inscription foncière afin d’avoir la nouvelle situation physique et juridique de la propriété. Ainsi, le propriétaire peut tout à faire préserver et protéger tous ses droits immobiliers.

Pour faire une actualisation du titre foncier, il faut déposer le duplicata du titre foncier ainsi que l’original des documents qui attestent qu’une modification a été faite. Des droits d’inscriptions devront être payés pour la nouvelle immatriculation.

Opérations immobilières à inscrire sur le titre foncier en cas de modification du titre foncier

Pour qu’une immatriculation foncière soit complète, il faut veiller à ce que certaines informations y soient inscrites. Le titre foncier doit par exemple contenir les actes de vente, les baux de plus de trois ans, l’état civil du propriétaire ainsi que son régime matrimonial, les actes de succession ou de legs, les hypothèques et les mains levées d’hypothèques, les ordonnances judiciaires et bien sur les modifications physiques apportées à la propriété.