E-commerce en droit Marocain


Au Maroc, le commerce électronique a pris de l’ampleur, surtout durant ces dernières années. Le royaume a même été classé à la 5ème position sur l’indice du commerce électronique B to C (le commerce d’entreprise à consommateur) lors du classement en 2018 à la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement. Ceci dit, un commerce sur deux utilise le commerce en ligne pour attirer la clientèle et pour vendre ses produits et services. Toutefois, ce type de commerce n’est pas sans incident et il faut respecter les lois établies pour ne pas subir des poursuites judiciaires. Voici tout ce que vous devez savoir sur les obligations et les lois à observer pour continuer à exercer l’activité de manière légale.

Obligations légales du vendeur qui utilise des plateformes e-commerce

Que l’on soit une personne morale, ou un individu ayant le statut d’auto-entrepreneur, exercer une activité industrielle ou commerciale implique que les propriétaires fournissent toutes les informations à leurs utilisateurs sur leur identité, leur activité, ainsi que les modalités d’utilisation des plateformes ou l’accès aux services. Le principe est le même si le commerçant a créé un site Web ou une application mobile pour du commerce e-commerce. Le propriétaire de la plateforme e-commerce doit également donner toutes les informations sur la raison sociale de son entreprise, le siège social ou l’adresse ainsi que le montant du capital social.

Nous rappelons aussi que les plateformes e-commerce doivent aussi fournir toutes les coordonnées et le nom de l’hébergeur ainsi que le nom du directeur de la publication du site et ses coordonnées. Ainsi, en cas de litiges, il est plus facile de retrouver les traces du propriétaire de la plateforme e-commerce.

Rédaction d’une politique de cookie

Les commerçants doivent aussi prévoir une partie qui informe les utilisateurs de comment leurs données personnelles sont traitées conformément à la loi 09-08 relative à la protection des personnes physiques à l’égard des données à caractère personnel. Les utilisateurs de la plateforme doivent également être informés du traitement de toutes leurs données personnelles.

Selon la loi marocaine, il n’est pas permis de collecter les données qui ne sont pas utiles pour le commerce en ligne. Il faut ainsi collecter et traiter uniquement que les données qui permettent uniquement de réaliser le service ou de finaliser les ventes (livraisons par exemple).

Il faut ainsi prévoir toute une politique de cookie visant à obtenir l’accord des internautes avant toute collecte de leurs données personnelles et avant le dépôt des cookies sur le site. Le propriétaire doit ainsi prévoir un engagement de la part des internautes qui leur donne le choix d’accepter ou de refuser les cookies après la lecture de la politique de confidentialité du site. Il faut rappeler que le propriétaire de la plateforme doit aussi informer les utilisateurs sur le mode d’utilisation de leurs données personnelles.

Rédaction d’une politique de confidentialité

La politique de confidentialité a pour but principal d’informer tous les utilisateurs de la plateforme sur le mode d’utilisation des données personnelles qui sont recueillies sur le site. Cette politique de confidentialité permet aussi au propriétaire du site d’obtenir l’accord des visiteurs pour l’utilisation de leurs données personnelles.

La politique de confidentialité doit contenir toutes les informations relatives au mode de fonctionnement de la plateforme ainsi que les droits d’accès et de rectification des données personnelles. La politique de confidentialité doit également avoir des informations sur les droits d’opposition ou l’accord pour le traitement des données personnelles.

Rédaction de contrat et obligations contractuelles

Pour assurer la vente e-commerce, il faut que les propriétaires proposent des contrats de vente ou des contrats permettant d’élucider toutes les conditions d’utilisations du bien et du service.

En cas de rédaction d’un contrat de vente, ce dernier doit contenir toutes les informations sur les conditions de vente et le mode de rétractation de l’acheteur. Le contrat doit aussi contenir les conditions dans lesquels les utilisateurs peuvent s’en servir. Le contrat doit préciser s’il y a souscription à un abonnement ou s’il y a simplement utilisation d’une plateforme d’échange.

Il faut prévoir une partie du contrat qui élabore toutes les Conditions Générales d’Utilisation de services en ligne. Ainsi, en cas de litiges, les conditions préservent le propriétaire et le couvrent contre les dommages qui relèvent de sa responsabilité. Les CGU servent à réglementer l’utilisation de la plateforme et permettent parfois de ne pas être responsable dans le cas où plusieurs personnes ont accès à la plateforme et peuvent donc y poster des publications.

Si l’on rédige un contrat de vente, il faut que celui-ci contienne les informations sur les conditions générales de vente en précisant le prix, la date de livraison, les modalités de paiement, le délai de rétractation ainsi que les moyens de contacter avec le service après-vente. Dans certains cas, il est important d’avoir une partie du contrat qui est dédié à des conditions générales de garantie ou des conditions générales d’abonnement pour tout ce qui concerne les abonnements en ligne. Dans ce dernier cas, il faut préciser les modalités de résiliation ainsi que le type de prestation prévue, le prix ainsi que les modalités d’utilisation.

À quoi servent tous les documents légaux, contractuels et juridiques dans la vente e-commerce ?

Avoir des documents légaux même quand on utilise une plateforme en ligne est utile pour se protéger et pour protéger les droits des utilisateurs. De même, ces contrats et politiques de confidentialité servent également à rassurer les utilisateurs en ce qui concerne leurs données et les services qu’ils peuvent recevoir depuis la plateforme en ligne. Avoir une application ou un site internet qui respecte la réglementation en vigueur est aussi sujet de confiance pour tous les utilisateurs. Cela permet aussi de crédibiliser toutes les actions des propriétaires aux yeux des internautes.

Quelles sanctions en cas de non-respect des obligations ?

La loi marocaine prévoit des sanctions pour tous les détenteurs de site ou de plateforme e-commerce qui ne sont pas en règle avec la loi. Des poursuites judiciaires sont prévues et les propriétaires peuvent se voir payer de lourdes amendes. Ils peuvent aussi être soumis à des sanctions administratives allant jusqu’à la fermeture de la plateforme e-commerce.