Auto-entrepreneur au Maroc : créer un nom commercial


En entreprise, il est important de pouvoir se faire connaitre et reconnaitre par les potentiels clients. Et, pour atteindre ce but, il est primordial de travailler sur son image de marque. Il faut tout simplement savoir faire parler de sa marque en commençant par lui donner un nom qui sera facile à retenir par les clients. Mais, il n’est pas toujours aussi évident de trouver un nom avec la panoplie d’entreprise existante sur le marché. Pour vous aider à trouver un nom commercial adapté à votre activité, cet article vous donne quelques conseils à suivre. Vous y trouverez également la procédure mise en place au Maroc pour faire reconnaitre ce nom commercial par les autorités légales.

Pourquoi l’auto-entrepreneur a-t-il aussi besoin d’un nom commercial ?

Un nom commercial n’est pas utile uniquement pour les grandes entreprises, mais aussi pour celui qui exerce une petite activité puisque ce dernier a également besoin de se faire connaitre auprès des clients. En effet, le nom commercial permet de solidifier toute l’activité en rendant uniforme tout ce qui est en relation avec le produit ou le service. Cette uniformité permet à l’auto-entrepreneur d’être plus crédible face aux fournisseurs et aux clients. Et, cette crédibilité est importante quand on veut se faire connaitre et s’imposer dans l’esprit des potentiels acteurs.

Le nom commercial permet aussi à l’auto-entrepreneur d’avoir des emballages, des factures, un cachet et d’autres accessoires qui pourront valoriser son travail auprès de la clientèle. C’est aussi une manière de prouver son sérieux et de faire apparaitre le côté professionnel lorsqu’il demande des prêts ou du financement. En fait, un nom commercial est plus facile à retenir et, une fois que ce nom est associé au service ou au produit, les clients peuvent très vite s’en souvenir.

Lire aussi :   La responsabilité des dirigeants de l'entreprise au Maroc

Il faut préciser que de même que les activités de l’autoentrepreneur doivent se développer, de même le nom commercial est amené à changer selon l’évolution de l’activité. Il y a donc toujours la possibilité de le changer par la suite.

Comment trouver un bon nom commercial ?

Pour trouver un bon nom commercial, il faut veiller à prendre le temps nécessaire pour réfléchir au service que l’on offre ou au produit qu’on propose sur le marché. En effet, ce nom commercial doit le plus possible correspondre à notre activité afin que les futurs clients ne se perdent pas. Ce nom commercial doit aussi être concis et précis. Il faut éviter au maximum les noms qui font plus de trois (3) syllabes et qui sont surtout difficiles à prononcer. Mieux vaut vous utiliser un nom qui sera facile pour la population que vous ciblez ou un nom significatif pour les futurs clients.

Il faut aussi préciser que le nom commercial peut être un groupe de deux mots avec un des mots qui se rapproche le plus à votre activité. Par exemple, un créateur de sites web pourrait prendre comme nom « créateur web » ou web digital, ou « Web-écoute » (une combinaison de Web et écoute). Bref, vous l’aurez compris, il est important de choisir un nom commercial qui annonce un peu votre activité.

Des générateurs de noms commerciaux peuvent aussi vous aider. Ce sont des sites internet qui proposent des noms commerciaux en fonction de la nature de l’activité que vous entrez. Ils sont même capables de proposer des logos adaptés au nom commercial. Et, en cas de panne d’inspiration, vous pouvez aussi faire appel à vos amis qui vous aideront à trouver un nom convenable. Il faut cependant veiller à ce que ce nom commercial n’ait pas encore été choisi par une autre entreprise concurrente sur le marché.

Lire aussi :   La garde et le droit de visite en droit marocain

Comment faire valider le nom commercial par les autorités ?

Une fois que l’on s’est enfin décidé pour le nom commercial, il faut maintenant le faire valider par l’Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC). Toutefois, nous précisons que l’autoentrepreneur n’est pas obligé d’obtenir une validation de l’OMPIC, à moins qu’il prévoie faire évoluer son statut vers une SARL.

La validation du nom auprès de cet organisme permet d’avoir un droit exclusif sur le nom, ce qui permettra de se défendre en cas de concurrence déloyale. Si l’OMPIC exige les entrepreneurs à être enregistré au Registre du Commerce pour être définitivement détenteur du nom commercial, les auto-entrepreneurs sont dispensés de cette règle et peuvent donc déposer simplement leur demande sans avoir un numéro de RC.

La demande de nom commercial se fait via un portail en ligne géré par l’OMPIC (Directinfo.ma) ou dans l’un des espaces de services de la chambre française de commerce de Casablanca. Avant de procéder à la demande, il est important de rechercher dans la base de données de l’office si ce nom que vous souhaitez prendre n’a pas encore été sélectionné par une autre entreprise basée au Maroc. Si le nom existe déjà, il faudra tout simplement le changer. Dans le cas contraire, il suffit de bien classer le nom de marque selon que vous proposez des services, de la vente ou les deux.

Lire aussi :   Les différents taux de la TVA appliqués au Maroc

Le dossier à déposer doit contenir un formulaire préalablement rempli, ainsi que trois propositions de noms commerciaux que vous souhaitez avoir. L’office se chargera de vérifier l’existence des trois noms et vous accordera celui qui sera libre de droits. Une fois que le dossier et déposé, il suffit de payer les frais de dépôt (environ 165 dhs) et d’attendre de recevoir une réponse dans les jours qui suivent le dépôt ou le jour du dépôt.

Si le dossier est validé, l’OMPIC délivre à l’auto-entrepreneur un « certificat négatif » qui lui donne droit de propriété sur le nom commercial. C’est une sorte d’attestation qui confirme que cet entrepreneur a été le premier à se positionner avec ce nom.

Dans le cas où la demande de certificat négatif est rejetée, l’entrepreneur peut faire une autre demande gratuite dans un délai de 15 jours suivant le rejet.

Pour toutes les personnes qui prévoient évoluer vers une autre forme juridique telle que la SARL, il est important de déclarer l’entreprise au RC dans les mois qui suivent l’obtention du certificat négatif afin que la protection du nom commercial devienne effective. Si l’entreprise n’est pas enregistrée au RC dans les trois mois qui suivent, elle peut perdre son droit de propriété sur le nom commercial qu’elle a déposé. Ce nom peut tout simplement être conféré à une autre entreprise qui en fait la demande.

Articles similaires